Avec l’arrivée des nouvelles technologies, le secteur des transports en commun a été révolutionné ces dernières années. Nous arrivons aujourd’hui dans une ère de la mobilité permettant une expérience voyageur fluide et intégrée.

Mais dans cette course à la mobilité, les Personnes à Mobilité Réduite (PMR) profitent-elles de ces évolutions ? Où en est-on aujourd’hui dans l’expérience voyageur offerte aux PMR en France ?

Le transport de PMR : rappel du cadre légal en 4 dates

1975
La loi du 30 juin 1975 a marqué le coup d’envoi de l’accessibilité des transports en communs aux PMR en établissant l’obligation de lancer des programmes d’aménagement des services de transports réguliers, ainsi que des installations pour les adapter aux besoins des personnes handicapées, ou d’organiser des services de transport spécialisés.

1982
C’est une année bien connue dans le monde du transport avec sa loi d’orientation des transports intérieurs du 30 décembre 1982 dite LOI LOTI. Cette loi cadre pour le transport en France réaffirme le droit au transport en faveur des PMR ainsi que de leurs accompagnateurs.

1999
Le 31 août 1999, des décisions plus concrètes et techniques ont été prises. Elles portent sur la définition de normes pour les cheminements, les feux de signalisation, les aménagements des trottoirs, les places de stationnement et les emplacements d’arrêt des transports collectifs.

2005
Vote de la loi du 11 Février 2005 pour « L’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », qui rend obligatoire la mise en accessibilité complète du réseau de lignes régulières sous un délai de 10 ans.

Où en est-on aujourd’hui ?

Comme nous venons de le voir, la loi sur l’égalité des droits des chances de 2005 imposait une mise en conformité de l’ensemble des transports réguliers en 2015. Les coûts et moyens à mettre en œuvre pour un renouvellement complet du matériel et de l’infrastructure sont cependant conséquents. Deux exemples permettent de mesurer ce chantier.En Ile-de-France, tout d’abord, une mise en conformité de l’ensemble des gares et stations est prévue en 2021. Pour cela, ce sont près de 40 gares qui sont mis en conformité chaque année avec un coût estimé à près de d’un milliard et demi d’euros. Côté matériel roulant, nous pouvons prendre l’exemple du renouvellement des rames des Intercités. L’état a investi 1,5 milliard d’euros pour renouveler le parc de matériel roulant des lignes «structurantes» d’ici 2025.

Ainsi, sur ce simple exemple de l’infrastructure en Ile-de-France et du matériel roulant des lignes Intercités, la facture s’élève à près de 3 milliards d’euros pour une livraison en 2025. La facture pour l’ensemble du territoire est de fait bien plus élevée. De plus, les transporteurs indépendants n’ont pas toujours la capacité financière à court terme pour le renouvellement de leur flotte (par exemple achat de nouveaux bus et cars aux normes PMR).

Pour tenir compte du délais nécessaire à la mise en conformité des infrastructures, l’obligation de mise en conformité en 2015 a été remplacé par une obligation pour les autorités d’avoir un schéma directeur d’accessibilité SDA au plus tard le 11 Février 2015.

Les starts-up : un accélérateur de mobilité pour les PMR

Malgré les coûts et délais souvent importants induits par les grands travaux de mise aux normes des infrastructures, le tableau n’est pas si noir. En effet, comme le faisait remarquer à juste titre Jérôme Adam, aveugle depuis l’age de 15 ans, maître de conférence à Sciences-Po et fondateur de deux entreprises, ” le handicap est une source d’innovation”. La télécommande, par exemple, a été inventée pour répondre aux besoins des paraplégiques.

Des entreprises ont ainsi pris le parti d’innover afin de faciliter les déplacements des PMR en partant du concept de “la ville pour tous”. Quelques exemples d’initiatives démontrent cette formidable capacité à innover pour déplacer un handicap.

Parmi les projets les plus marquants, FABERNOVEL et la RATP se sont associé pour développer BlueEyes, un outil mobile d’orientation indoor dans les espaces urbains complexes (couloirs de métro par exemple).

 

Autre innovation française, Topchair, le fauteuil roulant pouvant monter et descendre des escaliers.

 

En attendant la mise en conformité de l’ensemble de l’infrastructure de son territoire, la Société de transport du Grand Angoulême s’est quant à elle rapprochée de l’association Valentin Haüy afin de créer Vocabus, une application permettant aux  aux déficients visuels un meilleur accès aux bus du réseau Angoumoisin.

Accessibilité des transports aux PMR : une réalité en demi teinte

Comme dans tout projet d’infrastructure, les horizons temporels se comptent en dizaines d’années. Toutefois, avec le principe des SDA, l’accessibité des transports aux PMR est en marche. Mais en attendant la mise en conformité des infrastructures et du matériel roulant, nous voyons émerger des initiatives privés permettant de faciliter la mobilité des PMR.