Le 17 octobre 2015, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, et la secrétaire d’état chargée de la réforme de l’état et de la simplification, Clothilde Valter, ont présenté la nouvelle plateforme Le.Taxi, lancée par le gouvernement pour faire face aux VTC, qui représentent aujourd’hui une concurrence de taille pour les taxis : en région parisienne, on compte près de 9 000 chauffeurs de VTC (selon la fédération d’exploitants de ces véhicules), contre 17 700 chauffeurs de taxi (selon la préfecture de police de Paris).

Le.Taxi : qu’est-ce que c’est ?

Le rapport Thévenoud, communiqué en avril 2014, est à l’origine de cette initiative : suite à la mission de concertation entre acteurs du transport individuel de personnes, le député a rappelé l’importance du métier de taxis dans ce marché, et a formulé 30 propositions visant à moderniser cette profession pour mieux l’armer face à la concurrence des VTC.

La 1ère proposition traite notamment de la digitalisation d’une pratique exclusivement réservée aux taxis, la « maraude », qui consiste à stationner ou circuler en quête de clients. Les VTC étant interdits de maraude, ils sont théoriquement obligés de retourner à leur base de rattachement en attendant une nouvelle réservation.

logo le.taxiLe.Taxi a été conçu pour mettre en œuvre la digitalisation de la maraude. Développée par la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières (DSCR) et le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique (SGMAP), cette plateforme est avant tout une base de données nationale, qui liste les disponibilités et géolocalisations des taxis répertoriés.

Seuls les éditeurs agréées pourront consommer cette base de données au travers de l’API* dédiée, et permettront au client de localiser le taxi le plus proche pour le héler en un clic, et de suivre sa position jusqu’au lieu de rencontre où la course pourra commencer. Une fois la course achevée, le client a la possibilité de noter la prestation, et de préciser le motif de sa mauvaise note (ex: paiement refusé, problème de propreté ou de courtoisie, …). C’est également auprès de ces éditeurs que les chauffeurs détenteurs d’une Autorisation de stationnement (appelée plus communément licence taxi, prérequis au référencement), devront faire la démarche pour être visibles sur cette plateforme.

Le.Taxi : une opportunité de re-dynamiser le métier de taxi?

Pour un chauffeur, qu’il soit salarié d’une société de transport (ex : G7, TaxiProxi, UNT, …) ou artisan taxi, les applications utilisant Le.Taxi offrent tout d’abord un ensemble de services digitaux de réservation de courses. Pour les indépendants notamment, qui représentent 80% du marché français de taxis,  cette plateforme permet d’être référencés à moindre coût dans un système à grande échelle, et de profiter d’outils normalisés de réservation de course qu’ils n’auraient pas pu mettre en oeuvre eux-mêmes.

Pour un client, le référencement de tous les taxis volontaires dans Le.Taxi met à portée de clic l’ensemble du réseau des taxis français, composé de 57 000 chauffeurs. Cet effet de masse permettra au client de bénéficier de l’important maillage territorial, et d’être pris en charge très rapide par le véhicule le plus proche, quelque soit le jour et l’heure, partout en France, que ce soit dans un village ou une métropole (contrairement aux services VTC qui ne sont proposés que dans certaines grandes villes).

VTC et experience client 2En complément, la possibilité d’évaluer a posteriori la course aura également l’avantage de tirer vers le haut la qualité de service des taxis, en visant une amélioration continue des prestations réalisées par les chauffeurs. Reste à déterminer comment cette note sera utilisée par les applications qui exploiteront Le.Taxi. A titre d’illustrations, les chauffeurs Uber sont également notés, et la qualité de service exigée est très haute : un chauffeur avec une moyenne inférieure à 4,5 sur 5 est jugé en dessous des standards attendus par les utilisateurs Uber!

Pour le gouvernement et les opérateurs de taxis, Le.Taxi sera également  l’opportunité de confronter l’offre à la demande, en mettant en évidence les zones mal couvertes par les taxis, via une analyse statistique des taxis hélés au moyen de la plateforme.

Le.Taxi : un coup d’épée dans l’eau contre les VTC?

Le.Taxi reste néanmoins une faible réponse du gouvernement face aux VTC. En effet, bien que l’interdiction de maraude des VTC les oblige à retourner à leur lieu de rattachement entre 2 courses (sauf en cas de réservation préalable), on peut imaginer que la facilité de réservation d’un chauffeur VTC via les applications dédiées (en quelques clics seulement) réduit l’impact de cette interdiction. La digitalisation de la maraude mise en oeuvre grâce à la plateforme Le.Taxi peut donc être perçue plutôt comme une remise à niveau digital visant à améliorer la réservation d’une course (localiser le taxi le plus proche, et le héler), et ne représente donc pas un service réellement novateur apporté aux taxis.

De plus, en visibilité client, la mise en oeuvre de la plateforme Le.Taxi ne traite pas les principaux irritants clients propres aux taxis (ex : carte bancaire refusée en dessus d’un certain seuil, manque de visibilité au préalable sur le prix d’une course, …), et n’est finalement pas un outil qui permet de fournir un service mobile uniformisé de bout en bout (réservation d’une course avec un prix estimé mis en visibilité, paiement via l’application, notation de la course, …), comme celui proposé par les VTC, ou encore certaines sociétés de taxis (ex: application mobile G7).

taxis VS VTCEnfin, ce service n’est pas rendu obligatoire pour les chauffeurs : en effet, chaque taxi affilié à ce service aura la possibilité de désactiver l’accès aux informations de disponibilité et géolocalisation pour protéger sa vie privée. Au contraire, son activation permettra de garder une traçabilité directement dans la plateforme des courses réservées.

 A l’heure où, en France, les compteurs horokilométriques des taxis ne sont pas reliés à l’Etat, cette plate-forme pourra faire grincer les dents de certains conducteurs réticents à mettre en visibilité les courses réalisées…

Le.Taxi : lancement prévu début 2016

Le 15 décembre, Le.Taxi a été présenté au grand public à Montpellier, 1ère ville qui expérimentera en grandeur réelle cette plateforme. 3 applications dédiées (iOS et Android) proposent d’ores et déjà les services de plus de 130 chauffeurs, et 800 clients ont déjà hélés des taxis via ces applications. Pour plus d’informations sur cette expérimentation, rendez-vous ici.

La généralisation sur l’ensemble du territoire est prévue pour début 2016, et le gouvernement espère que, parmi les 57 000 chauffeurs de taxis français, 50 000 feront la démarche d’activer ce service pour être visible dans la plateforme. Pour exploiter cette flotte de chauffeurs, plusieurs éditeurs sont en cours de certification, et pas moins de 11 applications permettront à un client de héler via un clic un taxi partout en France grâce à cette plateforme.

 

Chauffeurs et usagers de taxi, à vos smartphones !

 

*Application Programming Interface : ensemble d’outils et de fonctionnalités normalisés permettant à un développeur d’exploiter les informations contenues dans une base de données

 

Retrouvez tous nos articles du dossier spécial Taxis vs. VTC :  

[Infographie] taxis vs VTC : le marché à fin 2015

Levée de boucliers des taxis contre les VTC : une ouverture du marché qui ne passe pas (en 2 parties)

Des VTC à chaque coin de rue : une bonne nouvelle pour les clients ?

Doit-on avoir peur du grand méchant Uber ?

UberPOP interdit au 1er janvier 2015

Taxis vs VTC : rentrée sociale agitée en perspective